Qu’est-ce que la transidentité ?

Il existe de nombreuses définitions tentant de qualifier la transidentité. Pendant longtemps, le paradigme principal a été celui de la « transsexualité » ou du « transsexualisme », définis comme un désir profond de changer de sexe, présent depuis l’enfance. Le terme « transgenre » s’est ensuite développé, en partie pour se détacher de la pathologisation du terme « transsexuel·le », mais parfois également pour pouvoir marquer une différence entre les personnes ayant procédé à une chirurgie de réassignation sexuelle (personnes décrites alors comme transsexuel·les) et celles qui ne l’ont pas encore fait ou ne désirant pas le faire (transgenres).

Aujourd’hui, le terme « transsexuel » est tombé en désuétude. Les termes « trans » et « transgenre » lui sont préférés, puisqu’ils sont moins associés à la fois à le psychiatrisation de la transidentité et à la médicalisation des corps trans. Ces termes permettent également de mieux marquer la différenciation entre sexe et genre et le principe d’autodétermination. Nous définissons personnellement la transidentité comme suit :

Pour nous, la transidentité est le fait, pour l’identité de genre d’une personne, de ne pas correspondre avec celle qui lui a été assignée à la naissance, généralement sur base de son sexe biologique. Une personne transgenre est une personne présentant une transidentité.

Une notion est centrale dans cette définition : celle de genre assigné à la naissance. Au moment de la naissance, sur la base d’une observation généralement limitée aux organes génitaux externes de l’enfant, cellui-ci va voir projeté sur ellui un nom et des cadeaux genrés (jeux, vêtements, couleur des murs), mais aussi bon nombre d’attentes, de stéréotypes qui l’influenceront à performer un rôle genré (« Tu es un homme, ne pleure pas », « Ce ne sont pas des manières de princesse »). Mais, comme expliqué dans Le genre, c’est quoi ?, l’organe reproducteur de l’enfant n’a aucun lien direct avec ces injonctions. Comme la majorité des individus sont cisgenres, donc se retrouvent dans l’association femelle-femme et mâle-homme, on a fini par intégrer que ceci était la règle. Cependant, dans bien des cas, ces deux données ne correspondent pas.

Identités non-binaires

Le mot non-binaire est un terme parapluie qui regroupe toutes les identités de genre qui ne rentrent pas dans la norme binaire de la société. La binarité, c’est le fait de pouvoir classer en deux catégorie, ici homme et femme. On peut donc dire que la non-binarité, c’est le fait de ne pas se sentir totalement et/ou constamment appartenir aux catégories homme ou femme. Il existe donc une multitude de façon d’être non-binaire, selon où la personne place son ressenti par rapport aux genres masculin, féminin ou tout autre genre.